Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

5 janvier 2006 4 05 /01 /janvier /2006 00:58

C'est d'actualité, on en parlait justement de vifs mots sur nos derniers commentaires : qu'est-ce qu'un bon remake, et surtout à quoi ça sert ? La réponse la plus courante est souvent la plus basique et s'argumente forcément autour d'intérêts purement financiers. La plupart des projets de refonte cinématographique sont régulièrement issus d'idée de producteurs, qui fonctionnent à 90 % (pour les plus généreux) au retour sur investissement. Techniquement parlant un remake parait plus simple à mettre en place : le film existant servant de modèle, on sait forcément ce qui a fonctionné, ce qui a déplu, ce qu'il y a en trop et ce qu'il manque. La tendance actuelle grisée par les progrès considérables des effets spéciaux veut que les modèles d'origine soient remis à l'écran essentiellement pour des raisons d'imageries plus spectaculaires, mais gare au retour de bâton : un public qui connaît la première version d'un film n'est pas un public acquis, et place souvent son attrait au delà de l'image. Gare donc à ne pas négliger l'essentiel, à ne jamais saboter une histoire et un jeu d'acteur par une profusion de moyens plus tape à l'oeil qu'efficace.

Que va donc amener de neuf le Poseidon de Wolfgang Petersen, remake de L'aventures du Poseidon de Ronald Neame ? A priori pas grand chose... Une plus jolie vague en 3D en lieu et place de celle tournée en miniature en 1972 ? Sûrement. Des décors à l'envers plus aboutit ? Peut-être. Une intrigue plus tendue et mieux menée ? Pas sûr. Les rescapés de la version Neame étaient dirigés par Gene Hackman, pour la cuvée 2006 il faudra se contenter d'un Kurt Russel en sous-régime depuis ses glorieuses années 80. Ca ne veut rien dire évidemment, on a bien vu Travolta faire un come back impressionnant. Mais Petersen n'est pas Tarantino oula non, ni même Cameron dont le Titanic risque de peser lourd lors de l'inévitable comparaison... Le challenger Petersen semble plus d'alleurs avoir été choisi pour sa mise en image d'En pleine tempête et son succès "bankable" de Troie, que pour ses talents de narrateur (j'entend Aswip qui se gausse). A lui pourtant de se sortir de ce traquenard manigancé par des mains pécuniaires et à l'exercice d'essayer d'égaler... Peter Jackson ? Gnieeek, gnieeek. Ca va être dur.


La bande annonce

Enzo

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Daria 15/01/2006 14:54

L'unique moyen de réussir un remake est de consacrer sa reprise à un navet et non à partir d'un classique qui a fait ses preuves. Hélas l'esprit retord des producteurs sommairement braqué sur la question financière et complètement dépourvu d'intuition artistique s'entête à financer des projets absurdes juste dans le but de brasser des liasses de billets verts. Je ne serais pas surprise de savoir que tout ce cirque n'est qu'une histoire de blanchiement d'argent. Si le but inavoué de ces investissements concernaient réellement une éventelle quête de bénéfices leurs auteurs acheteraient des licences qui ne valent rien pour les transformer en poule aux yeux d'or. CQFD. Regle d'or du capitalisme. Que les adolescents hermétiques à toutes notions intellectuelles se rassurent : il existe un avenir possible à SAW. Je rigole bien sûr.

Enzo 06/01/2006 11:24

Le cinéma de Hong-Kong est passé maître en la matière de reprise d'un classique (très souvent autour d'une figure héroïque), remis à la sauce du moment ou selon des intentions très particulières de son réalisateur. Ce ne sont pas des remakes mais des variations, parfois à l'inverse des intentions originales. On se hasarde même à tort ou à raison, à qualifier certaines oeuvres de "copies" tant le succès d'un film engendre son lot d'oeuvres souvent homonymes dans leurs titres. Pas simple d'y voir clair.

Aswip' 06/01/2006 09:30

J'allais le dire, c'est une bien bonne question que voilà et je cherche encore de simples exemples de réussites, parce-que pour ce qui est de la copie qui dépasserait le modèle,  je crois en fait que c'est antinomique. Ou alors effectivement on fait comme Soderbergh, un film assez éloigné de l'original et qui repose sur des ressorts différents.

Enzo 05/01/2006 22:23

Bonne question, je cherche... Solaris ? J'avais bien aimé la version de Soderbergh mais Aswip m'a dit du plus grand bien de la version 1972 de Tarkovsky...

mcommortimer 05/01/2006 10:33

Y'a eu aussi des reprises moins humble dans leur démarche. Comme Lolita 1997 d'Adrian Lyne bien en dessous de la version 1962 de Stanley Kubrick. Tout ça juste pour le plaisir mesquin de réalimenter le scandale. Ouais ça le fait. Est-ce que ça existe une reprise mieux que l'original ?