Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

22 mars 2005 2 22 /03 /mars /2005 00:00

USA - 2003 (Troy)


Genre : Peplum au pudding
Réalisateur : Wolfgang Petersen
Scénario : David Benioff
Directeur de la photo : Katsumi Yanagijima
Casting : Brad Pitt, Eric Bana, Orlando Bloom, Peter O'Toole, Brendan Gleeson
Musique : James Horner

Scénario
*****
Mise en scène
*****
Photographie
*****
Acteurs
*****
Effets spéciaux
*****

Sans surprise.
Sans surprise, car voir un Brad Pitt lutter dans la campagne de promotion du film avec des arguments faiblards en essayant de faire passer le concept de vulgarisation était déjà d'un grand pathétique.
Parce qu'on ne saurait se contenter d'une scène dans un film de 2h30.
On sent par trop que Wolfgang Petersen n'a commis cette bouse que pour mettre en scène LA séquence du flim. Je parle bien sur du combat entre Achille Pitt et Hector Bana. L'argument force de vente puissance 12 du flim. Et si un vague historien ou spécialiste de l'Antiquité à jamais été consulté durant la pré-prod du film, il y a fort à parier qu'il ne l'ai été que sur le maniement de l'épée. Certes la séquence est superbe, certes la photo de l'ensemble est très (trop) travaillée et reconnaissons que côté baston à grande échelle il y a de la maille à l'écran.
Mais que dire de cette minable version expurgée de l'attaque de Troie,
si ce n'est que le choix du scénar est assez affligeant, les dialogues indigents, les acteurs pas bons.

Hélène top-model Kruger est insipide, jolie et transparente.
Coupes franche dans le personnage d'Hélène. Tans pis pour sa gueule.
Orlando Paris Bloom est définitivement un faux acteur sans ses oreilles d'elfe, et ses tentatives de rendus émotionnel passant par le regard, dignes du pire acteur de sit-com pour ménagères. Et que dire de Brad Achille Pitt.
Habituellement brillant, on serait tenté de le croire capable de tout jouer.
En tous cas, pas dans cette catastrophique adaptation digne d'un résumé de cours primaire. Il campe plus un surfeur bodybuildé sans spot et sans short qu'un demi-dieu. Je ne m'étendrais pas sur le reste du cast aussi peu incarné qu'il est possible de l'être. Insipide Peter O'Toole en roi Priam.

Quid de la langue d'Homer?
Aux chiotte avec ses intentions de poète à la con.
Ce flim sera sûrement diffusé dans les collèges américains comme témoignage anthropologique de la rudesse de la vie dans l'antiquité. Vous savez, l'époque ou les hommes portaient des jupettes et se nourrissaient
de racines, de lait de chèvre et où ces blaireaux croyaient en une multitude de Dieux... les cons...
Hollywood et son apport messianique aux sciences humaines et à la mythologie dans toute sa splendeur. Les évangélistes ressemblants fort à des producteurs sortant d'écoles de commerce renommées. De bons gros incultes qui n'ont rien lu de leur morne vie. Si ce n'est le Financial Times.
Ne soyons pas élitiste, il ne faut pas marginaliser les illettrés, entendez l'américain moyen, cible avouée de cette production. Ils ont droit à la culture eux aussi.
Malheureusement ce cinéma là vulgarise souvent la pensée.

De plus, l'ensemble lorgne un peu trop sur un compromis véreux entre Gladiator et Le Retour Du Roi sans en approcher une seconde la profondeur et la puissance. On tente de surfer sur la vague sans avoir
même appris à nager.
L'allusion au poète dans le O Brother des frères Coens était autrement mieux sentie, c'est dire. Maintenant, les adaptations didactiques us devraient s'en tenir à ce qu'elle rendent avec le plus de justice et de justesse. Du roman de gare ou du fait divers. Et éviter les auteurs qui les dépassent. Ca suffira amplement à faire du divertissement.
Genre gros films de l'été. On s'en contentera.
Vite faits, vite vus, vite oubliés.
Ou alors donner pleinement dans le péplum sans tentatives foireuses de justification. On évitera ainsi les productions bâtardes se réclamant de tout, donc de rien, si ce n'est de l'incompétence globale.

La mention "inspiré de l'œuvre d'Homer" ne légitime rien et surtout pas le n'importe quoi. Et ce dernier de se retourner dans sa tombe.


Aswip'

Le pour : quatre, cinq, six, cueillir des cerises
Le contre :
une hérésie

Partager cet article

Repost 0

commentaires

mcommortimer 05/01/2006 10:41

lol la crise ! Je regrette pas d'avoir cliqué sur le lien du Poseidon ! Je me rappelle avoir detesté ce navet indigeste mais j'ai pas dû m'exprimer assez bien parce que mes potes y sont quand même allé. La prochaine fois j'enverrais un de tes articles.