Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

6 avril 2005 3 06 /04 /avril /2005 00:00

USA - 2003 (Master and commander : The Far Side of the World)


Genre : Touché coulé
Réalisateurs : Peter Weir
Scénario : Peter Weir, John Collee
Directeur de la photo : Russel Boyd
Casting : Russel Crowe, Paul Bettany, James d'Arcy, Max Pirkis, Billy Boyd...
Musique : Iva Davies, Christopher Gordon, Richard Tognetti

Scénario
*****
Mise en scène
*****
Photographie
*****
Acteurs
*****
Effets spéciaux
*****

On disait de Napoléon qu'il était "trop César pour être marin" ce qui n'empêcha pas sa marine impériale de mener la vie dure à ces diables d'anglais, redoutables bouffeurs de haubans. Les vaisseaux français, en ce début de 19ème siècle, jugés dans l'ensemble plus modernes, mieux armés et plus rapides que ceux de sa royal majesty, donnèrent bien du fil à retorde aux canonniers britanniques, et ce n'est pas Jack "la chance" Aubrey qui vous dira le contraire. A flots à bord du Surprise le long des côtes brésiliennes, le voici pris au dépourvu par l'Acheron fleuron de la flotte de Bonarparte, qui d'une salve ambitieuse balaye coque, pont et tout ce qui dépasse de la poupe à la proue ! Qu'à cela ne tienne, Jack le têtu n'a pas l'intention d'en rester là et est bien déterminé à lui rendre la monnaie de ses boulets…

Branle-bas de combat ! Hissez pavillon et calez les hamacs à fleur de bastingage ! A la barre : sud-ouest plein vent, parez pour un tir en plein bois ! Officier, préparez l'artillerie, arrimez solidement les bragues : on va débroussailler à hauteur de batterie ! Hardi les gars ! Vous voulez le portrait de Napoléon sur nos schillings ? Non ? Alors sortez moi la mousqueterie, affûtez la ferraille et préparez vous au combat !

Bande de moules !

Peter Weir est à la barre de ce film pour les braves, avec pour capitaine de vaisseau un Russel Crowe à la hauteur de la tâche. Autant vous prévenir, ça mouille de la cale (contrepetrie ?) du début jusqu'à la fin de l'aventure, dans l'inconfort, l'exiguïté, et la promiscuité de marins endurcis à court de déo. Il va falloir aussi s'habituer aux mœurs rudes, aux tâches ingrates, et à l'odeur de la chair mise à nue par les tirs ennemis, car Weir, en méticuleux réalisateur ne vous épargnera rien du difficile quotidien des marins de la grande époque. Cadrant au plus près la moindre manœuvre, rien ne lui échappe : des murmures des matelots superstitieux aux grincements de dents d'un élève officier que l'on ampute. Véritable huit-clos avec effets de roulis, Master and commander pousse la reconstitution jusqu'à se contenter du point de vue unique de l'équipage du Surprise. Vous n'aurez donc pas l'occasion d'assister aux manœuvres françaises ponctuées de "sapristi" et de "sacrebleu" prononcés avec un paquet d'hollywood dans la bouche.

Peter Weir profite de la contrainte pseudo-documentaire pour s'adonner à l'exercice du portait, nous dressant toute une galerie de joyeux bougres toujours vaillants, avec la mise en exergue des traditionnels, médecin, second officier, charpentier, cuistot, matelot à la barre (ho ? un hobbit !), mais aussi moins attendu, le profil de 5 élèves officiers d'un âge variant de 14 à 28 ans. Cette petite originalité permet à la fois de renforcer l'aspect proche de la réalité d'autrefois, mais aussi d'aborder le thème cher à Weir de la transmission de savoir. Les attentions du capitaine vis à vis de ses élèves, ainsi que ses leçons improvisées sur le pont, parfois conclues par un étrange rituel de 3 p'tits tours sur soi même ( ?!?), ont un je-ne-sais-quoi de familier qui nous rappelle les précédentes réalisations du chef d'orchestre : le cercle des poètes disparus et Mosquito Coast en tête de liste. Russel Crowe en chef d'équipage à la fois juste et impartial, craint et respecté comme il se doit, endosse le rôle du père à merveille, fuyant à peine, d'un œil humide, les blessures de son équipage sous sa responsabilité, et jouant du verbe avec la répartie d'un coach sportif lors des explications stratégiques. Jack Aubrey a tant d'envergure qu'il laisse peu de chances à son ami médecin d'être le deuxième paternel potentiel à bord, et la petite rivalité guerre marine contre sciences naturelles s'achève aussi vite qu'elle ne commence. Sur ce navire, tous se sentent animés du même objectif et suivent la même direction, celle du capitaine. Sir, yes sir.

En fait il est tant question de discipline et de respect qui en découle, qu'on se rend compte au bout de l'heure trente de film, que l'on s'est laissé porté au bout de l'aventure sans aucunes réticences et sans réel écueil. Malgré une narration parfois répétitive conditionnée par la vie à bord, on suit avec un plaisir non dissimulé les superbes scènes de combats, dont certains plans larges évoquent aisément les toiles des musées de la marine, et on se surprend à épauler ces anglais aux trousses des français, en espérant qu'ils leurs fasse mordre le sable du fond des océans. Un comble. Plus étonnant encore, on pardonne aisément le pourtant outrageant effet de mode (hum, hum) qui fit changer la nationalité du bateau ennemi : américain dans le livre dont le film est une adaptation, et français sur grand écran, parce qu'en ce moment… enfin vous m'avez compris.

Enzo

Le pour : croisière historique, en route pour l'aventure
Le contre :
 répétitif, orienté, mais c'est selon les gôuts

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Aswip' 23/06/2005 03:28

Sûr que le ton est très différent de celui de Ze Pirates Of Ze Caraibes.
Avec Peter Weir il fallait s'y attendre. Encore un film sur la quête. Je ne suis pas particulièrement fan de ce réal mais je trouve le film honnête. Le problème c'est qu'il faut rentrer dedans. Il est trop dans son sujet pour être universellement fédérateur. Et puis ça sens un peu trop la couille à bord de ce rafiot, l'élément féminin étant quasiment absent du métrage, ou tout au plus allusif.
Donc, le grand intérêt de ce film réside surtout dans quelques scènes. Le réalisme des scènes martiales, impressionnantes. Et les quelques scènes de tempête. Hostile la nature.
c'est en tout cas un beau résumé du monde maritime. Quand la mer est calme, bah ... elle est calme...
Mais il y a aussi la plus belle scène, du film. Une scène d'homme à la mer très atmosphérique qui dit bien que la vie ne tiens qu'à un fil.
Ou à un bout de corde.