Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

8 juin 2005 3 08 /06 /juin /2005 00:00

US - 2005 (Revenge of the Sith)


Genre : Fin de saga
Réalisateur : Georges Lucas
Scénario : Georges Lucas
Directeur de la photo : David Tattersall
Casting : Hayden Christensen - Ewan McGregor - Natalie Portman - Ian McDiarmid - Samuel L. Jackson
Musique : John Williams

Scénario
**
Mise en scène
*
Photographie
****
Acteurs
**
Effets spéciaux
*****

Hum hum, j'entame du lourd là.
Qu'a cela ne tienne, j'ai vu la Revanche des Sith...
Ainsi la grande saga est donc achevée, 30 ans de travail pour Georges Lucas (avec une bonne pause au milieu quand même), des milliards de calculs d'ordinateur, d'heures de travail, de dollars, de files d'attente à travers le monde, pleins pleins de choses pour monter cette grande fresque de science-fiction intergalactique. La première trilogie avait captivé toute une génération, surpris le monde du ciné en innovant sur des effets spéciaux inédits, remplit les rayons de magasins de jouets avec tout l'attirail de plastique et de figurines.
La deuxième (qui est en fait la première dans l'ordre) fut l'avènement de milliers de compétences techniques et créatrices, le point d'orgue de cette série était bien sur l'épisode liant les deux trilogies. Celui où tout bascule, où rien ne va plus, où la guerre contre le coté obscur est lancée, chaos et perdition dans cette galaxie très très lointaine...
Cet épisode s'annonce comme le plus palpitant des trois premiers, même si l'on connaît déjà le final, on n'attends qu'une chose, c'est de vibrer face à l'inévitable, Anakin Skywalker devenant Darth Vador, passage crucial de sa vie.
J'aurai bien aimé vibrer au long des aventures de l'élu Jedï. Seulement j'ai eu un peu de mal cette fois-ci. Du mal à rentrer dans l'histoire, à me happer dans les surprises d'un final déjà connu sous plusieurs angles... Pas de retournement de scénario, les choses sont immuables au pays des étoiles. On pourrait alors se porter sur la mise en scène. Mais c'est là que le bas blesse, avec un rythme aussi mitraillé et expédié sur saturne que celui de "la revanche des Siths", il faut être solidement arrimé au siège pour suivre et apprécier le déroulement. Les scènes sont expédiées pratiquement toutes au même rythme, timing oblige. Mais là c'en est trop et le film devient presque une caricature de lui-même et toute les scènes sont nivelées pour que rien ne ressorte (pathétique passage du coté obscur...).
La guerre des étoiles n'est plus la saga avec des personnages héroïques, mais une saga pourrissant de luxure et d'effets si bien qu'on oublie presque d'en faire une histoire captivante. Et c'est bien dommage car le scénario est bel et bien là. L'histoire d'un homme combattant contre sa haine, un homme sur qui on compte mais dont on a du mal à faire confiance, un homme qui trahira les siens, ceux à qui il avait juré fidélité et loyauté, une guerre contre le mal qui commence... Ca sonne grandiose dans les grandes lignes, mais dans les petites, ça sonne faux. On peine sur les dialogues aussi pauvres et peu exaltants lors de rencontres fatidiques entre personnages au charisme et à la stature annoncés. Ajoutons à cela des acteurs pas très convaincus par un fond bleu et on obtient des scènes aussi ridicules que cruciale dans l'histoire. ("C'est lui le traitre ! ". "Non, c'est lui le traitre ! "). La Revanche des Siths dès lors souffre cruellement de sensibilité et gravite loin autour de ce qu'il devait être.
Les scènes défilent et on contemple le splendide travail effectué sur les décors, les véhicules, les créatures et les effets spéciaux car même si l'histoire ne laisse pas de place à l'émotion, on ne peut pas en dire de même pour tout ce qui est de la "coque." Les effets spéciaux sont encore une fois de plus impeccables, rien ne dépasse, tout est nickel et c'est bien là le gros point fort de ce film, le design de l'univers star wars (Mention spéciale pour l'animation du général Grevious). ILM affirme encore sa suprématie.
Au beau milieu de cet univers, se trimballe un casting d'acteurs plutôt efficace, mais les personnages rament sévère pour se faire une place au milieu de l'écran. Ils ont presque tous un second rôle dans le décor qui est planté autour Certes, il y en a certains qui font mieux les plantes vertes que les autres, mais l'on peine à voir du charisme transparaître. Peut-être est-ce du à l'écriture des dialogues, aux fond bleu, à une mauvaise direction d'acteur de la part du réalisateur, allez savoir... Le seul personnage qui soit un peu tangible est numérique. A croire donc que Star wars est un film à effet spéciaux, exit alors les jeux d'acteur humain. Anakin est ridicule et ne devient pas le "bad guy" que l'on puisse rêver car ses convictions sont du vent. Et là où il devait s'imposer, il passe trop pour le gros "loser" de la galaxie, dommage...

La Revanche des Sith referme donc la série des long métrages Star Wars. Georges Lucas peut être fier de lui, il a réalisé et monté son univers de toute pièce à force de persévérance et ambition. Il a aussi amené un bon souffle nouveau dans l'univers des films de science fiction. Il a monté ILM et innové en matière de trucages et d'effets spéciaux. Il a aussi su tirer profit d'un business juteux au passage, là où personne n'y croyait. L'effort est très louable.Mais il est assez décevant cependant de constater que tout l'aspect technique et rutilant du détail de l'univers aie trop pris le pas et la parole sur la narration allant jusqu'à l'étouffer laissant à ce dernier épisode un squelette d'histoire (que l'on connaissait déjà) sans subtilité dans le déroulement ni les dialogues.
Et comme souvent les images défilent trop vite, on se frustre de ne pouvoir contempler plus le travail de design. Alors sans doute qu'un jour, j'investirai plutôt dans un livre compilant les recherches et les design de l'univers star wars au lieu de m'offrir le DVD. Et à partir de là, je me referais le film dans ma tête, comme quand j'étais môme...


"La vie parait si simple quand on fait de la mécanique."
Anakin S.


Yerom

Le pour : Les images
Le contre :
Une mise en scène inefficace

Partager cet article

Repost 0

commentaires

bail organa 21/12/2005 00:42

pas d'accord du tout avec cette critique.Je trouve que Star Wars III réussit à suprendre, du moins aussi bien que peut le faire un film dont la fin est connue depuis 25 ans et dont la plupart des éléments du dénouement sont connus depuis quelques années. J'avais en tête l'Anakin de l'episode II, arrogant, parfois antipathique, en éternelle compétition avec son maître... bref je le voyais déjà passer du côté obscur ainsi . Et là, dans la première partie de la Revanche des Sith : surprise ! dès les premières minutes, malgré la violence de la bataille, on sent l'ambiance plus détendue, une grande complicité entre les deux Jedi. On voit un Anakin qui a grandi (beaucoup plus d'ailleurs qu'entre l'épisode I et II), qui est devenu véritablement ami avec Obi-Wan :  "Good bye, old friend. May the Force be with you". Dès lors on se met à espérer tout au long du film (tout en sachant que c'est impossible) qu'il ne basculera pas du côté obscur ; et l'aspect tragique et bouleversant n'en est que plus magnifiquement renforcé.Quant au basculement d'Anakin, qui serait trop rapide selon  beaucoup de critiques, je pense au contraire que la chute d'un être dans le mal n'est pas un courbe descendante parfaitement régulière. Les premiers éléments de la chute d'Anakin apparaissent dans l'Episode I, puis s'accumulent... et enfin à un moment précis, dans l'épisode III, tout s'emballe, et il conclut le pacte "faustien", vendant par là son âme au diable.Bref, beaucoup de critiques de mauvaise foi. Le jeu des acteurs est vraiment bon, la musique de Williams est indescriptible et écrasante de génie et d'inventivité.  Et combien de scènes merveilleuses : celle d'Anakin et Padmé "se regardant" par la fenêtre, ou  celle de Sidious méprisant et anéantissant la démocratie en fracassant sur Yoda les bancs du Sénat ( référence à Charlot jouant avec le globe), pour n'en citer que deux...Pour moi, l'épisode III est le plus beau et le plus parfait de tous (même plus que l'époustouflant Empire Strikes Back) !

Aswip' 18/07/2005 17:27

Bon si ça frétille encore, tu me rassure. C'est surement que ça fait trop longtemps que j'ai été totalement emballé par un film français. J'ai vu Calvaire récemment mais c'est même pas un film français ;-)
Du coup je me rabats sur le cinéma asiatique au sens large. Et là, je trouve qu'il y a de la matière et des approches séduisantes.
C'est surement aussi parce-que j'ai pas vu le film d'Audiard. Ni Iznogoud dailleurs...

yerom 18/07/2005 15:02

Ca y est, on s'absente quelques jour et quand on revient c'est le bazar.

Cinema français à terre ? t'y va fort avec le piquant de la fourchette. Et puis, ça dépends dans quelle catégorie tout de même.
"De battre mon coeur s'est arrêté" m'avait bien captivé par sa vision noire des personnages.

Par contre, j'ai pas vu Iznogoud...




Aswip' 12/07/2005 18:13

Fais toi plaisir. Perso je préfère cinematiquer un mauvais film étranger qu'un mauvais film français. Il y a de quoi faire dans les deux cas mais on ne frappe pas un cinéma à terre \-)
Je suis un vrai patriote moi, Môssieur, ne vous en déplaise.
Et puis j'ai déjà donné pour cette année en me faisant Brice De Nice alors ça va aller.

Enzo 12/07/2005 10:01

C'est vrai qu'on manque un peu d'avis sur les films français les amis... Mais c'est pas d'ma faute j'ai beau chercher j'en vois pas un qui me sucite l'envie d'aller claquer 8 euros en salle... Les poupées russes malgré son capital sympathie ne me motive pas trop, peut-être à tort... par contre je serais plus curieux de voir ce que donne "la moustache".