Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

27 février 2007 2 27 /02 /février /2007 23:27
USA - 2006 (Superman Returns)
Affiche
Genre : Repassage de lycra
Réalisateur : Bryan Singer
Scénario : Bryan Singer,Michael Douherthy, Dan Harris
Directeur de la photo : Newton Thomas Sigel
Casting : Brandon Routh, Kate Bosworth, Kevin Spacey, James Marsden...
Musique : John Ottman, Jonh Williams


*
* * * * *
*
* * * * *
*
* * * * *
*
* * * * *
*
* * * * *



Les coupes tout en nuances d'une première bande annonce présageait une atmosphère quasi-religieuse sur fond de retour du messie. Les cuivres façon John Williams semblaient s'éveiller en choeur et les images d'un jour nouveau baigné d'un rayon de soleil matinal se faisaient l'écho d'une trop longue léthargie sur le point de s'achever. L'espoir renaissait de fragments symboliques d'une icône jusqu'ici en berne, et l'onde de choc à venir semblait inéluctable... Le torse fier et l'imagination aux abois on avait hâte de s'en prendre plein la gueule, le palpitant flirtant d'entrée avec la zone rouge de l'extase cinématographique.

Puis Superman s'en revint, auréolé d'une gloire passée et galvanisé par son nouvel étendard de choix via Bryan Singer, l'inattendu talent à la baguette d'Usual Suspects et la référence super-héroïque à l'origine des deux premiers Xmen portés à l'écran... Ainsi la cause semblait acquise et la tâche entre de bonnes mains pourtant la recette n'aura pas les effets escomptés. Au bout des deux heures et demie de projection, le retour tant attendu a pris du plomb dans l'aile proposant au mieux au spectateurs curieux, un pop-movie bien foutu mais un peu long en fin de bobine, et au pire pour les fans difficiles un chapitre confus plutôt mou du supergenou.

Conscients du poids de leurs attentes et de son lots inévitables de frustrations, les plus retords auront tout de même de quoi pester contre la trame de fond de peu d'ampleur, et on aurait du mal à leur en porter préjudice tant il est vrai que le choix scénaristique se retrouve dépourvu d'intérêt, à défaut de génie. L'histoire manque de rythme, de profondeur, et brasse du vide pour ne pas aller bien loin. Le mal incarné projette de faire pousser un continent à des fins immobilières peu scrupuleuses et le bien désincarné contemple le bilan de ses absences. Bof, vraiment. Superman Returns s'encombre même de quelques détails pas super-adroits, à l'image, pour n'en citer qu'un, de la disparition du héros due à une transhumance sur sa planète d'origine dont il ne tirera absolument rien, sinon le constat qu'elle est belle et bien détruite (sic). Pour le reste les ingrédients semblent éculés sans volonté de les transcender, ainsi Clark éprouve toujours autant de mal à s'imposer face à son avatar en collant, Luthor demeure une caricature de super-vilain aussi démesurément peu inspiré que mal entouré (3 gorilles et une pouffe à caniche), et la kryptonite reste l'alternative incontournable face à la puissance de l'homme d'acier. Tout cela fleure bon le réchauffé d'autant plus que la ligne directrice du script plutôt maigre s'axe carrément sur la relation de père à fils évoqué dans le deuxième Superman version Donner's cut (certes peu connu du grand public). A ce titre ce cinquième opus des aventures du fils de Krypton s'apparente un peu à sa manière au troisième Alien du brillant Fincher : une parenthèse ni essentielle, presque dispensable, tout juste bon à prolonger la série en attendant mieux.

Néanmoins s'arrêter à cette réelle déficience d'écriture serait faire abstraction des autres composants du film qui, à défaut, peuvent palier l'absence d'inspiration globale, ou du moins justifier le déplacement en salle. A commencer par la plastique visuelle tout en finesse, fruit d'une réalisation minutieuse mise en lumière par une photo remarquable. Graphiquement en réussite Singer parvient à faire voler un homme comme nul autre cinéaste avant lui et les exploits démesurés de son superman sont d'une crédibilité bluffante. On a vite fait de s'enthousiasmer voire de trouver absolument normal que l'on puisse secourir un avion à bout de bras ou catapulter une île dans l'espace en moins de temps qu'il n'en faut. Mais la vraie surprise vient du jeu de Brandon Routh dans la peau d'un superclark de la même veine que celui dessiné par feu Christopher Reeve. Sans pour autant singer son modèle au point de s'effacer, Routh sait jouer de ce qui a fait le succès de l'incarnation de Reeve, alternant entre Clark mal à l'aise et superman plein d'aplomb grâce à une vraie présence ponctuée de mimiques subtiles. A un autre niveau Kate Bosworth s'affirme en une Loïs Lane réactualisée moins féministe, plus accessible mais au caractère bien trempé, Et Kevin Spacey campe un Lex Luthor avec ce talent qu'on lui connaît, dans la lignée du portrait roublard entamé par Gene Hackman.

Au passage cette version gagne en gravité ce qu'elle a perdu en masse musculaire et la naïveté de Superman face à la faiblesse des hommes se teinte d'un regard de compassion, aussi fragile que ceux dont il s'est octroyé la défense. Singer voile d'ailleurs certaines scènes d'une ambiance trouble, entre drame et nostalgie, jouant de ralentis contemplatifs et d'accompagnements musicaux en douce, aussi graves qu'intérieurs. Sous le signe du doute à bien des niveaux, Superman officie douloureusement en quête d'identité, à priori condamné à ne pas connaître la vie de famille que tout homme s'évertue en droit de réclamer. C'est certainement au détriment du reste que Singer a délibérément cherché à mettre en exergue la difficulté de vie des deux alter-égos Clark/Superman, toutefois l'intention demeure confuse. Là où M. Night Shyamalan parvenait dans Incassable à transcender l'isolement d'un être d'exception, Bryan Singer parvient à peine à suggérer le malaise identitaire du plus orphelin d'entre tous. Emotionnellement le message des grandes responsabilités dû aux grandes capacités passe mieux dans Spiderman 2, notamment grâce au caractère plus attachant d'un Peter Parker plus humain que ne le sera jamais Clark "Ka-El" Kent. Ce constat final plombe définitivement ce retour en demie-teinte et ne laisse pas le spectateur serein, aussi troublé que sur le carreau. Paradoxalement c'est ce trouble très délicat à exprimer qui augure de meilleurs auspices à venir, tout autant que son propos fût maladroitement exprimé. Comme si superman avait la gueule de bois, ou sortait d'une dépression issue d'un quotidien finalement lassant et répétitif à la longue... Demain sera autre, et le meilleur demeure à venir.


Enzo



Le pour :  L'hommage subtil et la plastique du résultat
Le contre :
Confus et sans réelle surprise.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Gilles Penso 15/05/2008 20:23

Un peu nostalgique du SUPERMAN de Richard Donner, j'ai beaucoup apprécié cet hommage, sous forme de séquelle-remake qui transpire l'amour du genre. Et puis réentendre les thèmes de John Williams dans une salle de cinéma, sur fond spatial, ça fait quelque chose quand même ! Bravo pour ton site.

nikoboy 13/07/2007 15:34

g bokou aimé gros

saviez vous qu un scene du vieux Super a été coupé a Paris a la Tour Eiffel ?

anonyme 03/03/2007 13:45

Ce jeu ne demande que 3 minutes d'attention. Ca va t'effrayer. La personne qui me la envoyé a dit que son voeu s'est réalisé 10 minutes après l'avoir lu. Mais pas de triche. Ce jeu a un drôle/effrayant dénouement. Ne lis pas en avance mais fais-le dans l'ordre, point par point. Ca prend environ 3 min. et ça vaut la peine. Prends d'abord une feuille et un crayon. CONSIGNES: Quand tu choisis les noms, sois sûr que ce sont des personnes que tu connais et fais-le d'après ton premier instinct .Descend ligne par ligne. Ne lis pas en dessous, tu gâcheras tout le fun parti 1. Ecris les chiffres de 1 a 11 dans une colonne 2. A côté des chiffres 1 et 2, écris 2 nombres aux choix 3. A côté des chiffres 3 et 7, inscrit le nom d'une personne de sexe opposé (noms différents) Ne regarde pas trop bas ou ça ne marchera pas. Avance point, par point... 4. Ecris le nom de n'importe qui (par ex.: amis, famille) à côté des chiffres 4, 5 et 6. (Noms différents) Ne triche pas ou tu regretteras 5. Ecris quatre titres de chansons en 8, 9, 10 et 11 6. Finalement, fais un voeu Ici est la clef du jeu RESULTAT : 1.Tu dois parler de ce jeu à un certain nombre de personnes (le nombre qui est à côté du 2). 2. La personne en place 3 est celle que tu aimes. 3. Celle en place 7 est quelqu'un que tu apprécies beaucoup mais avec qui ça ne marche pas. 4. La personne que tu as mise en 4 est qqn à qui tu tiens vraiment beaucoup. 5. La personne que tu as nommée en place 5 est celle qui te connait très bien 6. La pers. que tu as inscrite en 6 est ta personne porte-bonheur 7. La chanson en 8 est celle qui s'associe avec la personne en 3. 8. Le titre en 9 est la chanson pour la personne en 7 9. La chanson en 10 est celle qui t'en dit le plus sur ton esprit 10. La chanson en 11 est celle qui révèle tes sentiments par rapport à la vie. Mets cela sur 10 blogs dans l'heure qui suit ta lecture de ce mot. Si tu le fais ton voeu se réalisera. Si tu ne le fais pas, ça deviendra l'inverse ! Sacrément bizarre... Mais ça à l'air de marcher... fait seulement copier/coller

Robert Mudas 02/03/2007 23:53

Alors celui-là c'est LE film qui ne me tente pas. Je suis assez distant envers les comics de chez DC, principalement parce que Superman est leur héros principal. Ce mec me fait chier, il est plat et terne.
Tout comme le film a l'air d'être.
Je crois que j'ai regardé trois minutes (pour Spacey) et puis j'ai arrêté. Non, rien à faire, ça ne me tente pas...
 
Je rebondis par contre sur ce que tu dis d'Alien 3 : c'est selon moi le meilleur de la saga ! Parenthèse peut-être, mais parenthèse qui sublime le côté sombre de la saga, parenthèse qui donne une dimension psychologique au mythe de l'Alien (avec la relation amour-haine entre Ripley et le monstre, que Jeunet reprendra d'ailleurs pour le 4), et parenthèse magnifique enfin pour son esthétique fincherienne : la course dans les couloirs étriqués reste pour moi un summum.
 
 
Petit détail quant à DC avant de partir : J'ai entendu parler d'un projet d'adaptation de la JLA en film. Théoriquement, Christian Bale et l'acteur de ce Superman en seraient...
 

VincentMorrow 02/03/2007 23:07

Singer est un géni... faire un film potable sans scénario, c'est balaise.Ca va vite au début, on en a plein les yeux puis quand ça retombe ben on s'ennuie un peu et ça devient un peu long.NB : C'est vrai que faire pousser un continent pour spéculer c'est un peu ridicule mais bon :-)