Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

1 août 2005 1 01 /08 /août /2005 00:00

France - 2004


Genre : pique un peu les yeux, et les oreilles
Réalisateur : Patrick Braoudé
Scénario : Patrick Braoudé
Directeur de la photo : Jérôme Robert
Casting : Michaël Youn, Jacques Villeret, Arno Chevrier, Franck Dubosc, Kad & O
Musique : Jacques Davidovici

Scénario
*****
Mise en scène
*****
Photographie
*****
Acteurs
*****
Effets spéciaux
*****


La pire insulte de mon répertoire d'insultes doit être : "minable!" A bien y penser. Je vous assure qu'avec le ton juste, elle peut être assez dévastatrice. Or je cherchais désespérement le qualificatif opportun au sortir du film de Braoudé et je dois dire que c'était la franche bousculade tant j'étais inspiré. Alors entre un inepte de bon aloi et un pitoyable de circonstance, j'ai du, à regret, me résigner à recourir à mon arme ultime : "minable!"
A regret car je la conservais bien au chaud pour dépeindre Les Dalton, qui reste, malgré tout, dans mon top 1 de la "minabilité".
Mais le qualificatif adéquat n'existant pas encore dans la langue de Molière pour cerner pleinement ce désastre là, "minable!" devra donc faire l'affaire
pour cerner cette "adaptation" de Goscinny ci. Iznogoud.

 

Autant la langue de Marcel Proust et Julien Lepers est riche en nuances, autant les adaptations (françaises) de bd sont devenues le parent pauvre du 7ème art. Pour servir la soupe aux chaînes de télé co-productrices et s'assurer primes-time et rediffusions en rafale. A ce titre, Iznogoud signe de son sang un pacte avec la crème de la chaine puisqu'il s'assure le soutient pécuniaire de TF1, M6 et TPS Star. Rien de moins. C'est dire l'ampleur du désastre.
- Si tu vas par là les films de Tarantino sont produits par Miramax, sous-filiale de Disney. Ca n'est pas gage de compromission inéluctable.
Mais Patrick Braoudé n'a rien d'un Quentin Tarantino. Ca ce saurait. Il est à peine réalisateur de films.
Populaire pourrait cependant si bien se marier avec poétique. Ou salutaire.
- ou "sapulaire", ou "polutaire" tant qu'on y est.
Ouais. T'as raison en fait. Inventons donc des néologismes pour qualifier (calife quand tu nous tiens) les adaptations de bd qui le nécessites, plutôt que de perdre du fluide primal à expliquer comment de tels gâchis sont encore possibles. Dire que nous sommes censés vivre une période de récession profonde.
- bon, alors, on le fait ce jeu ou pas?

 

Donc, pour Iznogoud j'en resterais à "minable!" et ce sera mon dernier mot Jean-Pierre.
- ha mais non, on a pas commencé que tu triche déjà.
Oui, mais je suis l'initiateur de ce jeu de l'esprit, alors ta gueule.
- d'accord mais plus de passe droit ou autre joker, c'est trop facile sinon.
pour Iznogoud je propose "foutrine". Un mélange de foutre et de latrines.
C'est bon ça, comme dirait Michael Youn dans Iznogoud. Puisqu'on est dans les hautes sphères du genre, que trouverais tu d'assez collant et graisseux pour Les Dalton?
- à brûle pour point c'est dur quand même, je me chauffe à peine. T'aurais pas plus simple pour commencer?
Je reconnais volontiers que c'est pas un cadeau. A charge de revanche pour le "minable!". Oublions Les Dalton pour le moment.
Astérix, Mission Cléopâtre alors...
- facile. "dromastuce".
Je vois bien l'emploi du dromadaire mais où est l'astuce?
- c'est que Chabat a été assez malin d'intégrer tous ses potes dans l'aventure afin de minimiser l'emploi du duo Clavier/Depardieu.
Pas con en effet, mais alors que dirais tu du premier chapitre, Astérix et Obélix contre César?
- qu'il est nul.
Oui, mais au delà...
- qu'il est "parcouillard".
Qu'est-ce que c'est que cette histoire de parking et de couilles au lard???
- Mais noooon. "parcouillard". Car c'est une grosse campagne de promo pour le parc Astérix avec du franchouillard dedans.
Bah c'est un truc bien gaulois Astérix à la base.
- oui, mais jamais vraiment vulgaire si tu lis bien. Or le film de Zidi...
Et puis t'as qu'à t'y coller toi qu'est si malin d'abord.
Vas y, balance.

- Michel Vaillant.
mmmmh, je dirais qu'il est "froidrature".
- hé allez, la quadrature du cercle en période glacière. C'est quoi ton délire?
Un film super (sans plomb) froid dans lequel les acteurs sont aussi expressifs que des voitures.
- mouais. Je vois que t'as mangé du clown alors tu vas faire les propositions et moi les réponses si ça t'ennuis pas.
Bien, alors Blueberry...?
- "Prairiogène".
Et où t'as vu qu'il était question de fruits de mer conservés dans l'hydrogène liquide?
- C'est un mélange de La Petite Maison Dans La Prairie et d'hallucinogène. Charles Hingals ramasse des champis et va consulter son chaman pour un rhume des foins si je me souviens bien.
Ca passe. Arsène Lupin?
- c'est une adaptation de bd Arsène Lupin? Tu vas mieux toi.
C'est parce-qu'il est fait allusion à l'œuvre de Maurice Leblanc dans un album Des 4 As.
- Si c'est pour une oeuvre littéraire alors...
"Foutravate"
Encore tes histoire de foutre!
- Nan, c'est pasque c'est un film foutraque sur cet art martial indémodable qu'est la savate.
Puisqu'on est dans les "à peu près adaptations de bd réalisées par Jean-Paul Salomé", que dirais tu de Belphégor, le fantôme du Louvre?
- Facile. un film "marcenthal".
Avec Sophie Marceau et Frédéric Diefenthal?
- et la contraction se suffit à elle même.
Pas mieux.

Immortel (ad vitam) de Bilal.
- "3déellique".
De la 3D, des images réelles et du bordélique.
- tu vois quand tu veux!
Daredevil?
- ha non. On avait bien précisé les bouses made in France!
D'accord. Ca fera l'objet d'une autre chronique. Y a matière. C'est juste que je sèche un peu là. Tu l'auras voulu, je retente Les Dalton.
- "Badedwoodnofun".
Kezako?
- Du Ed Wood en mauvais et pas drôle.
A ce point?
- J'te promets. Et pourtant je croyais naïvement avoir touché le fond de la vase après vision de Soobydoo n°2.
On ne peut décemment pas finir sans une note d'espoir, un peu hors sujet de surcroît, ce serait vraiment trop horrible.
- Je sais pas moi. T'as vu L'enquête Corse?
Non.
- Bah voilà. Si tu l'a pas vu, tous les espoirs sont permis.


Voilà, voilà.
Navré pour ceux qui, éventuellement, attendaient un avis constructif.
Mais c'était vraiment trop me demander. Je n'ai donc guère mieux que "minable!" dans ma besace pour exprimer ce que m'inspire Iznogoud.
Et si d'aventure vous comptiez acheter ou louer le dvd à sa sortie, je ne peux que vivement vous conseiller d'attendre sa prochaine diffusion sur TF1 ou M6. Vous pourrez ainsi légitiment râler d'avoir coché la petite case de votre déclaration d'imposition précisant que vous devez vous acquitter de la redevance. Faites donc des économies et cessez de dilapider à tord et à travers vos deniers si chèrement gagnés. Pour les indecrottables dépensiers, je vous suggère plutôt de faire un don à une association humanitaire de votre choix en lieu et place. Vous bénéficierez ainsi d'une réduction d'impôts, et ce pour une bonne cause. Ceci sans vous être infligé Iznogoud de Patrick Braoudé. Qui lui n'est pas remboursé par la Sécu. La cruauté mentale n'étant toujours pas prise en charge.

Aswip'

Le pour : avec un nom pareil, il fallait s'y attendre
Le contre :
minable!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

joponce 09/09/2005 17:18

de belles envolées à lire hic hic hic et commentaires ad hoc !
je repasserai souvent !

babache 31/08/2005 13:33

et la redevance ne va pas dans les poches des chaines privées, tu peux continuer à la payer, boubourse.

chris 19/08/2005 17:13

Tu me rappelles parfois Boris Vian (super compliment !). J'ai bien aimé et je suivrai ton conseil. Merci !

Enzo 03/08/2005 16:12

Plutôt de "minuscule" et "execrable"

Miaoumix 02/08/2005 23:05

"Minable", ça ne serait pas la contraction de minnestrone et de cartable ?