Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

2 août 2005 2 02 /08 /août /2005 00:00

Hong Kong - 2004 (San ging chaat goo si)


Genre : Pur Jackie
Réalisateur : Benny Chan
Scénario : Alan Yuen
Directeur de la photo : Anthony Pun
Casting : Jackie Chan, Nicholas Tse, Charlie Yeung, Charlene Choi, Daniel Wu...
Musique : Tommy Wai

Scénario
*****
Mise en scène
*****
Photographie
*****
Acteurs
*****
Effets spéciaux
*****

L’inspecteur Wing est un flic respectueux et respecté dont l’équipe de choc entièrement composée de jeunes oisillons prometteurs tient la dragée haute aux forces d’intervention spéciales. Pourtant lors de la traque du spectaculaire et déroutant gang des 5, l’impeccable inspecteur assiste impuissant au massacre de ses équipiers… Désespéré il se morfond une année pleine, noyant sa peine dans du Clan Campbell et hantant les bars jusqu’à fermeture. Un jeune officier tente alors de le convaincre d’abréger cette retraite anticipée et de se remettre aux trousses des canailles impunies…

Il faut nous croire lorsque l’on vous dit qu’un vrai Jackie Chan ne se voit uniquement que lorsqu’il est estampillé du label Made in Hong Kong. N’allez donc pas nous faire l’offense de restreindre la cinématographie du maître acrobate à de piètres participations hollywoodiennes Rush Hourdiennes et je ne sais quels autres divertissements clownesques tout juste bons qu’à ne s’approprier qu’une pâle version de démonstration des talents du petit dragon-chat. Ca nous vexerait.

Jackie n’est jamais plus à l’aise que sur ses terres, exploitant au maximum ses talents de cascadeur, de chorégraphe, de réalisateur, et … d’acteur (j’en vois qui rigolent au fond). Même lorsqu’il n’est pas le narrateur de ses propres aventures, l’idole du pays a assez de bagou et de bagages pour se permettre d’axer la réalisation d’un film afin d’obtenir le meilleur angle de vue possible sur ses galipettes et entrechats, ceci sans provoquer le moindre tollé d’indignation du réalisateur attitré. C’est assez rare pour le souligner et cette précision suffit à expliquer que le cinéma de Jackie Chan est un cinéma de genre à lui tout seul : Jackie est unique, et seul Jakie est prompt à faire du Jackie. Point. Alors certes quelques joyeux drilles peuvent s’essayer aux pirouettes urbaines, franchir d’un saut de biche une grille barbelée de 3 mètres 10, traverser une lucarne de haut de porte sans toucher la moindre embrasure, ou dévaler de l’échafaudage gigantesque en flip-flap arrière, mais parmi la pléiade d’imitateurs, et outre l’audace acrobatique, combien ont le talent dramatique de Jackie ?

Aucun.

Même en étendant la sélection en dehors du cinéma d’action pas un comédien ne saurait retranscrire ce jeu si typique dont le modèle ouvertement avoué n’est d’autre que Buster Keaton… Personnellement je préfère cette référence gentiment obsolète au modèle de comédie des Yamakasi emprunt du style d’AB productions. Jackie lui n’a que faire de la mort du cinéma muet. Son jeu s’exprime d’une gestuelle digne du mime Marceau, toujours dans l’excès d’intention histoire d’intensifier l’émotion censée susciter et de palier un certain, mais néanmoins sympathique, manque de talent d’acteur. Quand Jakie se caille les miches il claque fort des dents et se donne de violents coups au torse pour se réchauffer, quand Jakie est surpris il écarte bras et jambes en s’arc-voutant grossièrement et écarquillant tout ce qu’il peut, et quand Jackie pleure, il pleure de tout son corps. Son faciès se déforme tel les masques grotesques de la comédia del arte avant de s’inonder de chaudes larmes à grandes vannes ouvertes.

Autant prévenir ceux que ça agace que dans New police story Jackie pleure beaucoup. Tant en fait, qu’en conclusion du traditionnel bêtisier de fin de séance l’acteur visiblement mis à mal par les intentions du réalisateur, avoue même ne plus avoir assez de glandes lacrymales pour continuer la prise… Globalement d’un point de vue de spectateur occidental, on en demandait pas tant. On a beau apprécier la pantomime de Jackie, Benny Chan plombe franchement son film de longs instants de détresse absolue, n’hésitant pas à nous faire de la redite lors de certaines scènes éthyliques ou l’inspecteur Wing taquine du verre de sky. Ca larmoie pas mal donc et, hormis une excellente scène d’évasion et des interventions délicieuses mais retenues des personnages secondaires, ça ne rigole pas des masses, ce qui est peu coutumier d’un Jackie Chan plutôt enclin au divertissement pur. Selon certains fans assidus (y’en a qui le sont plus que nous je vous l’assure) ce film serait le point de départ d’une nouvelle carrière plus orientée vers la tragédie que la comédie, lorgnant du coté des polars d’action façon Time and Tide, Old Boy, ou Memories of murder. Pourquoi pas ? Faut voir… L’air de rien Jackie prend de l’âge et à l’instar d’un Jean-Claude Van Damme il chercherait à réorienter son jeu vers quelque chose de moins en moins physique, même si bien évidemment certaines cascades impossibles restent encore à prévoir.

Pour l’instant pourtant Jackie continue d’impressionner avec ses chorégraphies calées au poil de teckel près et ses pirouettes inattendues d’un bus à un réverbère, le long d’un building, ou au milieu d’un LegoPark. D’ailleurs New police story se rapproche assez des précédentes productions Hong Kongesques du même Jackie Chan tels que First Strike (Police story IV), et Who am I, dont la scène finale sur le toit rappelle vaguement quelque chose… En fait passé l’introduction un tantinet longuette sur la débauche de l’inspecteur Wing, New police story emprunte vite des sentiers narratifs déjà éprouvés, pas forcément éculés, et on ressent vite un plaisir familier à retrouver Jackie fidèle à lui-même. Comme souvent l’histoire tient sur dix lignes et certains passages d’intrigue secondaire n’amène rien de plus. L’histoire de Fung paraît superflue malgré le relatif mystère qui gravite autour, et même le penchant alcoolique de l’inspecteur semble n’être qu’un lointain souvenir une fois l’enquête amorcée… Pourtant… comment dire, l’essentiel est ailleurs, et il convient de ne pas s’arrêter à ce que l’on qualifie vite de détails, afin d’apprécier le beau spectacle qui s’offre à nos yeux ébahis. La réalisation des scènes d’action demeurent des modèles du genre et à ce titre on est comme des gosses devant les exploits d’un Jackie Chan toujours en forme même si les câbles et les retouches numériques pointent doucement mais sûrement le bout de leur nez.


Enzo

Le pour :  Professionnel des galipettes à 51 piges garanties sans viagra.
Le contre :
La dramaturgie naïve... Une question de goût.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Enzo 29/10/2005 21:40

Aaaaah ça, je comprends fort bien le désarroi du spectateur en quête de sensations fortes, plutôt perplexe devant le jeu hyper exagéré d'un Jakie qui veut montrer qu'il souffre, et abasourdi du peu de relief de l'histoire... Je ne me battrais pas contre ce type de ressenti tout à fait justifiable. Mais après tout, que peut-on espèrer de plus d'un Jakie 100% Chan ?

Ka Nalu 26/10/2005 00:07

Perso, je l'ai trouvé archi nul... je suis même sorti de la salle avant la fin du film tellement elle était évidente. Comme l'a dit Yerom, pourquoi on reste alors qu'on sait que ça va se finir bien ? ba parce que on veut savoir comment ça se finit...
Jackie pleurniche, Jackie est bourré, Jackie est humilié, Jackie fous des claques et faits des galipettes, et Jackie est le héros !
Mais si au moins il jouait bien la comédie... quant au scéniario, complètement banal, une bande de jeunes accros aux jeux vidéo, qui confondent réél et virtuel.
En résumé, j'ai payé 45 balles (je parle en Dirhams) pour me tourner les pouces sur un fauteuil...

david 20/08/2005 18:46

Bon, jackie chan, ok film de kung fu. HK !!! Omagad !! bon ben je vais voir hein :D lui qui disais qu'il voulait retourner au source depuis le temps ^^. Et puis ne t'étonne pas, hk sentimental = hmm, c'est pas encore ca XD c'est surtout comique normalement non ?

Enzo 03/08/2005 17:03

C'est ma foi tout à fait exact et il vrai que je me suis abstenu de le dire... Pourquoi ? Allez savoir... j'ai cru que c'était évident.

Sympa le site Mr Jackie Touch...

thejackietouch 03/08/2005 16:16

Un fan assidu précise que NEW POLICE STORY n'est pas la suite de POLICE STORY 4 mais une nouvelle histoire qui n'a rien a voir avec les histoires de l'inspecteur Chan.