Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

13 juillet 2005 3 13 /07 /juillet /2005 00:00

USA - 1999 (Judas kiss)


Genre : Fuck me Junior !
Réalisateur : Sebastian Gutierrez
Scénario : Sebastian Gutierrez, Deanna Fuller
Directeur de la photo : James Chressanthis
Casting : Carla Gugino, Simon baker, Alan Rickman, Emma Thompson, Gil Belows, Til Schweiger…
Musique : Christopher Young

Scénario
*****
Mise en scène
*****
Photographie
*****
Acteurs
*****
Effets spéciaux
*****

Ce qu'il y a d'usant avec les arnaques de petite envergures c'est qu'elle ne rapportent pas assez. Junior a beau agiter les courbes sensuelles de Coco Chavez au nez d'hommes d'affaires afin de les faire chanter sous la pression d'aller balancer leurs penchants adultères, les poches trouées des deux complices (et amants) se désemplissent vite. Et si l'idée géniale était d'aller chercher la maille là où elle a la meilleur côte du marché ? En la personne de Ben Dyson, tiens par exemple, pointure incontournable de l'informatique (à moins qu'il ne s'agisse d'aspirateurs sans sac), avatar cinématographique de notre Bill Gates international. C'est de kidnapping qu'il s'agit cette fois, et évidemment de rançon prometteuse à coup de grosses valises Samsonite pleines de liasses. Cette entreprise pour le moins périlleuse requiert une équipe au poil, dressée comme un set de table de chez maxim's, carrée, classe et efficace. Pourtant force est de constater que les missions impossibles ne réussissent que dans les épisodes de la série du même nom, puisque de gros grains de sable viendront perturber cette belle organisation à commencer par l'élimination pure et simple d'une malheureuse voisine témoin du rapt... une victime pas si anonyme que ça. Enfin puisqu'une couille ne vient jamais seule, ce sont le détective David Friedman et sa temporaire partenaire du FBI Sadie Hawkins, qui ont été chargé de mettre un terme à cette histoire sordide, et d'ajouter bien des bâtons dans les roues déjà voilées du crapuleux projet.

Ca commence au générique par quelques notes de free-jazz pincées sur des cordes usées et un charleston pressé d'en découdre, avant la mise en images de l'audacieux kidnapping et de sa malheureuse conséquence. Damn shit ! Ca continue sur la prise de conscience du groupe qui malgré tout s'est fourré en planque pour la suite des opérations, passant outre les remords de Coco Chavez qui aurait bien besoin de digérer l'incident d'une manière ou d'une autre. Son "Fuck me Junior !" résonne alors comme un singulier cri de détresse et on a bien du mal à rester vissé sur son siège devant l'appel de la plantureuse créature… Ca démarre surtout comme un bon vieux polar avec toutes les ficelles du genre malgré la volonté gentiment caricaturale d'agrémenter l'exercice de style d'une délicieuse pointe d'humour. La mise en scène s'imprègne de l'atmosphère au petit matin de la Nouvelle Orléans misant plus sur une galerie de portraits sympathique, que sur une intrigue remontée comme un ressort d'horlogerie. A mille bornes d'un L.A. Confidential, référence fort de café du polar de ces dernières années, Judas Kiss fait figure d'expresso cinématographique et se savourerait presque en terrasse plutôt qu'en salle obscure d'un troquet miteux d'un quartier reculé de New York. Dans la Louisiane de Gutierrez les gardiens de surveillance matent des films de boules impliquant des extraterrestres de série z, les couples de bandits s'offrent un cunni dans une chambre froide et les agents du FBI font des filatures en roller, café et talkie en main. Tranquille Emile.

Autant dire que Sebastian Gutierrez s'est fait plaisir sur ce premier film illustrant sympathiquement une enquête à tiroirs sans réelles grosses surprises et s'offrant, en guise de cerise sur le gâteau, Alan Rickman et Emma Thompson en tant que flics oldschool aux entournures cyniques. La gueule plombée du détective Friedman (Rickman) fait plaisir à voir, avec son air figé, comme gêné d'un bout de tabac coincé dans le larynx, et ses manières peu gentleman, limite cloche, de mener une enquête à son terme. Amateur de golf à ses heures, il aime à taper le club sur les jambes plâtrées de ses collègues peu enclin à lui fournir le fin mot de l'histoire. Son duo improbable avec l'Agent Hawkins (Thompson) lui laisse un goût amer qu'on ne se lasse pas d'apprécier et les quelques joutes verbales échangées font la joie des amateurs du bon mot. De l'autre coté des droits sentiers de la vertu, Coco Chavez interprétée par une Carla Gugino en forme, damnera plus d'un spectateur via sa plastique de poupée carossée, ses moues innocentes et ses attitudes coupables. A ce petit jeu la belle s'octroie un premier rôle de choix dans une filmographie en demie-teinte, alternant d'accoutumée des second rôles féminins sans grande consistance (Spy kids, The one) et quelques participations plus honorables au septième art (Sin City, Le centre du monde, Snake eyes). Certaines mauvaises langues peuvent s'amuser à argumenter que les rôles de fausses naïves ne sont pas bien compliqués à jouer, qu'il suffit de pousser la caricature de la bimbo (syndrome de la sucette à l'anis) et de la détourner vers une attitude à l'opposé pour obtenir trop facilement l'effet dramatique escompté. A ceux-ci je réponds juste une réponse toute L'oréal : "n'empêche qu'elle le fait bien".

Et qu'elle a de sacrés nougats.
Bref.

Situé vaguement quelque part entre True romance et Jacky Brown, Judas Kiss est un bon petit film soigné, qui n'a pas vraiment eu le succès public espéré malgré une bonne presse et la récolte du prix critique au festival policier de Cognac cuvée 1999. Sa sobriété d'intrigue toute relative pourrait pourtant faire office de point fort au sein d'un genre policier prompt à nous pondre, au choix, du double-double jeu alambiquée sur fond de complot politique, et/ou de la fusillade à chargeurs ouverts dévastatrice de décors. A ce titre il est bon de se rappeler qu'il reste de la place de disponible entre Julie Lescaut, L'affaire Pelican et Bad Boys et que parfois un donut bien préparé peut faire plus flic qu'un smith&wesson encore chaud dans une flaque d'hemoglobine.


Enzo

Le pour :  Carla, Allan et Emma… j'ai déjà dit Carla ?
Le contre :
nan, désolé.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

yerom 25/07/2005 11:00

Il n'empeche que le prochain qui vient se chercher du lien externe et se faire de la pub pour un blog aussi intéressant que les trous de mes chaussettes n'ayant de surcroit aucun rapport avec le cinéma, on le kicke direct et sans sommation.

Est ce que moi je vais poster sur les blog de saucisses pour parler ciné ?

yerom 25/07/2005 10:52

Ne t'excuse pas, j'étais jeune et crétin à cette époque.

Maintenant, je suis toujours aussi crétin mais un peu plus vieux, ça change peut-être la donne... ;-)

Enzo 24/07/2005 01:52

Hoooo j'ai comme l'impression que je suis le gars en question, celui qui dépeins avec trop de couleurs les films qui l'émeut... Milles excuses d'autant plus que dans mon souvenir je t'avais mis à disposition qu'une morne version française, seule dispo à un certain moment.

Sinon en ce qui concerne Romain Rolland dont l'intervention a de quoi laisser perplexe, je ne répondrais que par l'esquisse d'un sourire. Et je lui suis même reconnaissant de me rappeler par son intervention complètement hors de propos, la scène finale de "l'aventure c'est l'aventure" de Lelouch où Charles Gérard se permettait en plein discours politique de placer une petite annonce à propos d'une caisse d'occasion...

J'suis indulgent parce que j'ai la nostalgie facile.

Yerom 18/07/2005 14:25

hum oui je me souviens de ce film que j'ai eu en DVD prété par un pote. J'avais été mitigé après l'avoir vu car il me l'avait tellement dépeins comme une oeuvre légendaire que j'ai été trop huilé pour apprécier. Du coup, ben faudrait que je le revoie. Oh il va bien passer sur M6 un soir, warf warf warf.

Sinon Romain, j'ai pas saisi le rapport de ton intervention avec le film précité...
Bon allez, comme je suis pour la liberté d'expression et que c'est pas mon article je vais pas kicker ton commentaire. Par contre j'ai cliqué sur ton lien et j'ai perdu 3 dixièmes à chaque oeil...

Et donner son avis sur Ifrance?
hum, non merci.

Romain ROLLAND 16/07/2005 16:01

Bonjour,
Connaissez-vous le weblog 'POWER' ?
Ce site web propose chaque jour des articles qui a pour but de faire des commentaires sur un site web, et

vous, votre but, est de laissez des commentaires à propos de site web.

Aujourd'hui donnez votre avis à propos de Ifrance.
Demain, peut-être le votre...

*********************
http://power.over-blog.com